TÉMOIGNAGE. Atteinte de pelade, Sophie a retrouvé ses cheveux grâce à Betty, coiffeuse à Trouville-sur-Mer


124
145 shares, 124 points
Pour Betty et Sophie, la pelade n’est plus qu’un mauvais souvenir.

Par Rédaction PA
Publié le  

Pour Betty et Sophie, la pelade n’est plus qu’un mauvais souvenir. (©Le Pays d’Auge)

Betty Sarret, coiffeuse à Trouville-sur-Mer (Calvados), s’est lancé un défi : combattre l’alopécie de Sophie, une amie. Une maladie qui se manifeste par la perte massive de cheveux par plaques. Témoignage.

« Perdre mes cheveux, une source de stress »

Sophie est atteinte d’une pelade, une maladie auto-immune qui atteint le cuir chevelu et qui se manifeste par une perte massive de cheveux par plaques. Cette pathologie est relativement fréquente, puisqu’elle affecte 1,7 % des personnes au cours de leur vie. Ses causes sont encore méconnues.

Après consultation en 2016 de plusieurs spécialistes, il semble que rien ne puisse arrêter la perte de cheveux. Sophie se contraint alors à l’achat d’une perruque : 

Les médecins m’ont souvent dit que la cause devait être psychologique. Pour moi c’était de perdre mes cheveux qui était source de stress.

Sophie

Après trois ans d’errance médicale, une rencontre va changer sa vie. Grâce à une amie commune, elle rencontre Betty Sarret. Au fil de leur conversation, elle aborde le sujet de la perte de cheveux. Betty lui propose alors d’essayer une méthode de soin capillaire qu’elle a appris lors de sa formation de coiffeuse.

En septembre 2019, Sophie prend le chemin du salon Betty Coiffure à Trouville-sur-Mer pour un soin hebdomadaire. 

Betty m’avait demandé d’arrêter tous mes traitements car ils étaient fortement dosés en cortisone et leur effet était surtout néfaste. Elle m’a réconforté car je souffrais du regard des autres. Si vous n’êtes pas conforme au standard physique, les gens pensent que vous êtes malade et vous regarde d’une façon insupportable. Ma féminité en avait pris un sérieux coup, même si mon entourage proche m’a toujours soutenu.

Sophie

Réactiver la circulation sanguine

À raison d’une séance par semaine, les soins capillaires prodigués par Betty Sarret ont rétabli la circulation vers le crâne. Une action qui nécessite une parfaite maîtrise des gestes. « J’ai appris cette technique il y a bien longtemps, à une époque où les salons de coiffure offraient de vrais soins capillaires, raconte Betty. J’ai fait une formation approfondie durant deux ans et j’ai beaucoup pratiqué tout au long de mes 45 ans de carrière ».

La technique n’est ni un massage, ni une application d’un quelconque produit. Il s’agit plutôt d’une réactivation des circulations sanguines et lymphatiques en suivant des lignes précises. La difficulté de faire le bon geste pose d’ailleurs un problème de transmission du savoir pour Betty Sarret : 

J’aimerais transmettre ce soin à d’autres coiffeuses mais les gestes doivent être précis car on agit sur le rachis. De plus, je ne voudrais pas qu’on en fasse un commerce, les personnes en souffrance comme Sophie doivent être aidées et non plumées. C’est un scandale qu’on laisse des personnes comme ça sans rien faire.

Betty Sarret

Le miracle

Avec beaucoup de patience et un suivi assidu seulement interrompu par les confinements successifs, le miracle se produit. Petit à petit, un voile de cheveux apparaît là où il n’y avait plus rien. Au fil des mois les jeunes poussent, se renforcent. D’abord blanches, les mèches se foncent et se densifient.

Au bout de douze mois Sophie a pu abandonner le port de la perruque avec une nouvelle coupe de cheveux, certes courte, mais avec ses vrais cheveux. Six mois de soins hebdomadaires sont encore nécessaires pour renforcer la pousse.

Les deux femmes vivent avec émotion cette renaissance. Aujourd’hui le pari de Betty Sarret est gagné, prouvant ainsi l’efficacité de sa méthode par rapport aux traitements médicaux dans le traitement de la pelade.


Like it? Share with your friends!

124
145 shares, 124 points

0 Comments

Your email address will not be published. Required fields are marked *