Chosen promet de trouver le coiffeur idéal pour chacune


68
90 shares, 68 points
Sophie Cornay et Marie Herteloup, co fondatrices de Chosen (ex-Reporthair), le salon de coiffure en ligne.

Paris, France

Cette semaine, c’est une grande première pour Chosen, ex-Reporthair. Le salon de coiffure en ligne, qui permet de réserver les services d’un professionnel à domicile, passe à l’étape physique. Pour quelques semaines, il s’installe dans un co-working de coiffeurs dans le 9ème arrondissement parisien, à La Fabrica au 50 de la rue de la Chaussée-d’Antin. Dans une ambiance feutrée, décoration épurée, sans la musique tonitruante et les néons aveuglants au plafond qui entachent les salons classiques, des professionnels habitués de la maison coifferont une poignée de clientes. Elles devront alors louer leur siège à la journée. C’est la dernière innovation de cette start-up montée en 2014 par Sophie Cornay, ex-cadre de la finance, et Marie Herteloup.

“L’idée m’est venue de mon expérience personnelle de cliente. J’ai les cheveux très fins et trouver quelqu’un qui sait les couper, leur donner du volume, a toujours été une angoisse”, se rappelle Sophie Cornay. Impliquée dans la vente de My Little Paris au groupe TF1, elle surfe sur des sites de coiffure, blogs et city guides aux visuels démodés, avant de monter son blog de recommandations, sa communauté et recenser des conseils d’experts. “Je me suis rendue compte que les coiffeurs ne s’épanouissaient pas, exténués par les cadences à mener, le fait de s’occuper de plusieurs clients à la fois, les techniques de coupes imposées par les franchises, etc. Alors qu’il s’agit d’abord d’un métier humain où le dialogue et le diagnostic composent 80% du job”, précise-t-elle. Incubée à Station F, les deux jeunes femmes ont monté une market place engagée pour coiffeurs indépendants qui met en relation une communauté de 80 professionnels en Ile-de-France et des clientes (à 95% des femmes, souvent des CSP+ âgées de 25 à 40 ans) pour un rendez-vous à domicile. Les tarifs – pas donnés – sont équivalents à ceux d’enseignes comme Franck Provost ou Jacques Dessange. Chosen prélève une commission d’environ 20%.

Une plateforme centrée sur les professionnels

Elle améliore aujourd’hui son application en pensant avant tout au bien-être des coiffeurs. Son application de matching permet de trouver le professionnel qui répond précisément au problème de la cliente : techniques de coupe de cheveux bouclés, coloration blond polaire, phobiques des salons, etc. Les clientes aux cheveux afros se tournent plutôt vers la concurrente spécialisée Ma Coiffeuse Afro. Contrairement aux plateformes comme Uber ou Deliveroo, ce sont les indépendants qui choisissent les créneaux libres dans leurs agendas, les zones où ils acceptent de se déplacer en fonction du revenu. “Résultat : si un professionnel travaille 35 heures en free-lance avec Chosen, son revenu sera deux fois supérieur à celui qu’il gagne en salon”. En prime, Chosen négocie pour eux des tarifs préférentiels pour l’achat de matériel et propose un catalogue de formations complet en présentiel ou vidéo.

Un marché à gros potentiel

Arrêté pendant le premier confinement de mars 2020, le service a bénéficié des réglementations sanitaires pendant une bonne année. Il compte aujourd’hui plus de 20 000 rendez-vous à son actif. En avril dernier, Chosen a levé 850 000 euros auprès de Kima Ventures, de la BPI et de business angels pour se déployer dans toute l’Ile-de-France, à Lyon et dans d’autres villes françaises. Autant que pour digitaliser certaines opérations encore réalisées à la main. Sophie Cornay et Marie Herteloup partent à l’attaque d’un marché colossal estimé à 6 milliards d’euros, d’après un sondage OpinionWay de 2019, et 78% d’insatisfaites.


Like it? Share with your friends!

68
90 shares, 68 points

0 Comments

Your email address will not be published. Required fields are marked *